Covid19 : Anticipation, population jeune, peu obèse, immunisée par les Antipaludéens et BCG, faibles densité au km2 et déplacements… ces barrières naturelles du virus en Afrique ?

Spread the love

Alors que les experts semblaient annoncer depuis quelques semaines une déferlante de la pandémie de coronavirus covid19 en Afrique, où la pauvreté et le manque d’infrastructures de santé faisaient craindre le pire, ces derniers semblent déçus de constater que la maladie progresse très peu sur le continent.

En effet depuis le premier cas de coronavirus covid19 sur le continent, le 14 février en Égypte, les experts prédisent un scénario catastrophe en Afrique du fait de son système de santé défaillant. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle presque chaque jour le continent « à se préparer au pire ». Deux mois plus tard, le tsunami n’a toujours pas eu lieu, alors que les pays européens et les États-Unis sont quant à eux violemment frappés.

Avec 1.216 décès et 26.058 cas recensés au 22 avril, l’Afrique est le continent le moins touché par la pandemie de coronavirus. L’Algérie, est le pays qui déplore le plus grand nombre de décès (402) devant l’Égypte, le Maroc et l’Afrique du Sud. Par comparaison, la France et ses 66 millions d’habitants a dépassé la barre des 22.000 morts du Covid-19. et les Etats unis celle des 50.000 morts.

Alors pourquoi l’Afrique avec ses 1,2 milliard d’habitants semble échapper à l’épidémie ?

Bien que le faible nombre de tests et le manque de données pourraient sembler fausser le bilan de l’Afrique, il est cependant important de remarquer que les hôpitaux ne sont pas submergés comme annoncé. donc le bilan n’est tout de même pas très loin de la réalité.
C’est ce que rappelle à l’AFP, John Nkengasong, le chef du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies,« Les hôpitaux seraient envahis de malades, ce qui n’est pas le cas ».

Nombre de cas de Covid-19 dans le monde. © ECDC

1- Une longueur d’avance

L’épidémie a gagné l’Afrique quelques semaines après l’Europe, permettant à ses dirigeants d’adopter des mesures préventives très en amont. « Avant même la détection des premiers cas de coronavirus sur le sol rwandais, nous avons pris très tôt des mesures d’hygiène qui ont été appliquées sur presque toute l’étendue du territoire », corrobore le docteur Sabin Nsanzimana, directeur général du Rwanda Biomedical Centre, à RFI.

La plupart des pays africains ont imposé un confinement et des couvre-feux avant que l’épidémie n’ait eu le temps de se propager.

2- Une faible densité de population

Contrairement aux fantasmes de certaines personnes, dont un ancien président français ou encore un milliardaire américain informaticien reconverti dans la vaccination et stérilisation,

l’afrique est parmi les continents les moins peuples du monde, en terme de densité de population.

En effet avec 43 habitants par kilomètre carré, contre 181 en Europe de l’Ouest ou 154 en Asie du Sud-Est, l’Afrique demeure un continent faiblement peuplé dans la plupart des régions.

Les populations se concentrent généralement dans les capitales, qui ont été vite confinées.

Abuja et Lagos, par exemple, les habitants ont interdiction de quitter la ville. ce qui limite la propagation du virus dans le pays.

Densité de population par pays. © Our World in Data

3- Peu de circulation des personnes

Contrairement à la plupart des pays occidentaux, de nombreuses régions africaines restent très isolées et vivent en quasi-autarcie. Le virus circule donc très peu dans la population.

L’Afrique est également beaucoup moins touristique que l’Europe ou les États-Unis. Sur les 50 aéroports les plus fréquentés au monde, un seul est africain (celui de Johannesburg). L’Afrique ne compte pas non plus de diaspora importante comme la Chine ou l’Inde, qui doivent faire face au retour de nombreux étudiants revenant de l’étranger.

4- Une pyramide des âges beaucoup plus jeune et moins à risque

Environ 60 % de la population africaine est âgée de moins de 25 ans. Or, le coronavirus frappe beaucoup plus : en France, 75 % des personnes décédées du Covid-19 ont plus de 75 ans. L’Italie du Nord, région la plus touchée au monde, est aussi caractérisée par une très forte population âgée.

« En Afrique, il n’y a plus de vieux à tuer sur le continent » résume sarcastiquement l’écrivain ivoirien Gauz, dans une tribune sur le site de Jeune Afrique. L’Afrique présente aussi un très faible taux d’obésité qui est un facteur de risque majeur de mortalité au Covid-19.

Pyramide des âges en Afrique. © PopulationPyramid.net

5- Une immunité pré-existante ?

Une étude préliminaire du NHS (National Health Service) et de King’s College montre une corrélation négative entre les pays affectés par la malaria et ceux touchés par le Covid-19, qu’elle explique par un possible effet protecteur des traitements prophylactiques pour la malaria comme la chloroquine contre le coronavirus. Or, 93 % des cas de malaria sont enregistrés en Afrique, selon l’OMS. D’après une autre étude, c’est la vaccination systématique du BCG déployée en Afrique qui pourrait expliquer l’immunisation de la population. Les pays sans politique de vaccination universelle du BCG comme l’Italie et les États-Unis sont à l’inverse les plus touchés par le Covid-19, notent les auteurs. Des corrélations qui n’apportent toutefois aucune preuve de cause à effet.

A securityman tries to administer sanitiser to a visitor to a state hospital in Lagos, on February 28, 2020. Residents of Nigeria’s economic hub Lagos scrambled for hygiene products Friday, after the chaotic megacity of 20 million announced the first confirmed case of new coronavirus in sub-Saharan Africa. Health Minister Osagie Ehanire said in a statement overnight that the infected person was an Italian citizen who flew in from Milan, at the heart of Europe’s largest outbreak, earlier this week.

Malgré ces atouts, l’Afrique risque pourtant de faire les frais de l’épidémie de Covid-19. Conséquence de la fermeture des frontières, des mesures de confinement et de la hausse des prix des denrées alimentaires, « le nombre de personnes menacées de famine en Afrique de l’Ouest pourrait quasi tripler en trois mois », a ainsi alerté l’ONG Oxfam le 21 avril. Une invasion de criquets fait également des ravages en ce moment en Afrique de l’Est. En Éthiopie, 200.000 hectares de terres agricoles ont été dévorées et un million de personnes ont désormais besoin d’une aide alimentaire d’urgence. La pandémie de coronavirus a également mis à l’arrêt la plupart des campagnes de vaccination contre la polio, la rougeole ou la diphtérie. En Afrique, le coronavirus est loin d’être la priorité des habitants.

Source : https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-afrique-catastrophe-annoncee-na-pas-eu-lieu-79699/?fbclid=IwAR2cQpiXwyTncmZSEFbK2rSPTNK_mlSJq1mVv6a1QpcmYE_YVNMEQGOoYVU

One thought on “Covid19 : Anticipation, population jeune, peu obèse, immunisée par les Antipaludéens et BCG, faibles densité au km2 et déplacements… ces barrières naturelles du virus en Afrique ?

  1. Depuis le début de cette soit-disant pandémie, je n’ai fait que le répéter : le covid 19 n’est pas iune priorité en Afrique, car, même l’application des mesures élémentaires de sécurité sanitaire dans iun pays comme le mien la RDC était impensable du jour au lendemain. Dans des centres urbains comme Kinshasa qui compte plus de 10 millions d’habitants, vivant dans une promiscuité et un manque d’hugiène notoire et donc l’accès à l’eau potable est peu évident, comment voulez-vous appliquer des règles comme celles recommandées par l’OMS. De surcroît, la principale économie de ces centres urbains est informelle ! J’en dirais par plus. Pensez à traiter aujourd’hui après l’expérience de cette épidémie des maladies qui continuent encore à faire tant de victimes en Afrique subsaharienne er qui sont connues de tous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *